Série 07 – Wasserwege II

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En 1950, Heidegger regroupe et publie une série de textes sous le titre « Holzwege », traduit en français par « Chemins qui ne mènent nulle part ». « Holzwege » : le philosophe allemand joue avec le mot, avec son ambiguïté. Les Holzwege sont les chemins ouverts par les bûcherons pour leur travail et qui soudain s’arrêtent, se perdent « dans le non-frayé ». Mais « Auf dem Holzweg sein » signifie d’ordinaire « faire fausse route ». Heidegger invite le lecteur à surmonter ce sens figé et à se diriger avec lui, dans sa forêt, au risque de l’errance, vers l’inexploré de la pensée.

Ici, les « Wasserwege » offrent une version plus affirmative de la forêt. Les rivières, en effet, mènent toujours quelque part. Et surtout, l’eau y accueille le soleil. Le réel n’est pas condamné à l’ombre, à l’opacité et au retrait :

                                         

                                                             Exposition (plein soleil)

                                                             Le réel est un être assez réservé

                                                                                                                             d’esprit forestier

                                                             Mais le soleil le force à apparaître

                                                                                                                             Scheinen – Erscheinen

                                                             Luisance

                                                             Il met le feu à l’eau

                                                             Diffuse l’éclat et la brûlure

                                                                                                                             et le miroir et l’illusion

                                                             Transmutation

                                                             Il offre                                                    l’or du par-delà